Nos conseils

Pourquoi le clenbuterol est-il si dangereux ?

En France comme ailleurs dans le monde, de nombreuses personnes ont recours à des méthodes farfelues pour maigrir à tout prix ou pour développer leur musculature. Et certains vont plus loin en se procurant des médicaments de cheval ! Et ceci au sens propre, puisqu’un des produits « miracles » pour perdre du poids est l’anabolisant vétérinaire « clenbuterol ». Spécialement conçu pour les juments, ce produit fait fureur auprès des athlètes, bodybuilders et femmes qui veulent perdre à tout prix leur masse graisseuse. Mais une chose est sûre : ce produit à usage vétérinaire ne comporte pas que des avantages ! Autant dire que ce médicament est très dangereux et non adapté à l’organisme humain. Le point sur le clenbuterol.

Le clenbuterol, médicament dont l’usage est détourné pour perdre du poids

clenbuterolTout le monde souhaite maigrir plus facilement et plus rapidement, et pour cela il existe différents produits et techniques. Parmi les médicaments et compléments recherchés, certains comme le clenbuterol entraînent des conséquences très graves sur la santé. Et pourtant, même sans l’approbation de l’ANSM (Agence nationale de sécurité du médicament et des produits de santé), le clenbuterol est encore largement utilisé par de nombreux Français. Et pour cause, ce produit est surtout connu pour des utilisations non approuvées médicalement et pour des effets secondaires qui sont carrément dangereux.

Aussi appelé « Clen » par les connaisseurs, le clenbuterol possède des propriétés similaires aux stéroïdes anabolisants : en quelque sorte, il est censé augmenter la masse musculaire. Et c’est la raison pour laquelle les culturistes et les athlètes utilisent massivement des formes orales ou injectables de ce produit. D’ailleurs, le clenbuterol permet aussi de réduire la graisse corporelle, ce qui en fait un produit de perte de poids incontournable pour les femmes.

Malheureusement, les études qui soutiennent ces allégations d’effets positifs sur les muscles et la graisse ont été effectuées uniquement sur des animaux tels que les chevaux, les souris et les rats. Les études chez l’homme n’ont pas montré de bénéfices similaires. Tout de même, les gens l’utilisent toujours, si bien que le clenbuterol est répertorié par l’Agence mondiale antidopage (AMA) et le Comité international olympique (CIO) comme un produit dopant, interdit dans les sports de compétition.

Les effets pervers du clenbuterol sur la santé

Effectivement, les risques d’une utilisation détournée du clenbuterol sont bien connus, sans compter les effets secondaires dangereux et le manque d’efficacité sur les humains. Le clenbuterol est bien connu pour provoquer des symptômes tels qu’une fréquence cardiaque rapide (tachycardie), des palpitations, des tremblements, de l’anxiété, une baisse du potassium sanguin (hypokaliémie) et une glycémie élevée (hyperglycémie). Les effets indésirables se produisent plus souvent avec les fortes doses utilisées pour l’amélioration des performances et la perte de poids, qui sont souvent environ 5 à 10 fois plus élevées que les doses régulières pour adultes.

Étant donné que le médicament a une longue demi-vie dans le corps, les symptômes toxiques peuvent durer de 1 à 8 jours. Dans des rapports scientifiques, plus de 80% des personnes ayant développé des effets toxiques ont fait l’objet d’une hospitalisation. Les annales de la médecine contiennent d’ailleurs de nombreux rapports de patients présentant des symptômes allant de l’agitation et du rythme cardiaque rapide jusqu’aux convulsions et à l’arrêt cardiaque après avoir avalé des doses anormalement élevées de clenbuterol.

Le clenbuterol toujours utilisé de façon illégale

Depuis longtemps, le clenbuterol figure parmi les produits dopants utilisés par les adeptes du bodybuilding et les sportifs de compétition. C’est par exemple l’un des produits préférés du tristement célèbre médecin Bernard Sainz, condamné en 2008 à 3 ans de prison pour son action dopante dans le tour de France en 1998. En effet, les policiers ont trouvé du clen dans la demeure de l’ancien champion cycliste Franck Vandenbroucke, un sportif suivi par le soigneur. Aujourd’hui encore l’AFLD recense de très nombreux cas de dopage au clenbuterol durant ses contrôles.

Autre mauvaise nouvelle : l’usage détourné du clenbuterol ne concerne pas seulement les inconscients qui veulent à tout prix construire des 6-packs secs ou encore optimiser leurs performances et perdre du poids. En effet, l’Ordre des vétérinaires a été alerté par le Ministère de la Santé sur une utilisation détournée du clen par des jeunes filles. Seul Ordre des professionnels autorisés à prescrire du clenbuterol, l’Ordre des vétérinaires a appelé l’ensemble des vétérinaires à la vigilance.

Sources :